Logiciels spécialisés pour les salons de coiffure

eclaireur hebdo

Logiciels spécialisés pour les salons de coiffure : 3Ci Solutions témoigne !

Dans son numéro 640 (2 Juin 2015), l’Eclaireur consacre un article sur les logiciels spécialisés pour les salons de coiffure. 3Ci Solutions fait part de son expertise dans ce domaine et témoigne !

Article en synthèse :

Les logiciels pour tous, c’est maintenant !

Longtemps un peu subie par les coiffeurs, l’informatique s’est enfin frayée un chemin dans les salons. Si l’utilisation des principales fonctions des logiciels professionnels progresse lentement, la coiffure connectée 2.0 continue de se développer !

L’équipement informatique en salon progresserait à vitesse grand V… C’est partiellement vrai ! Si l’on trouve un ordinateur ou une caisse électronique dans une petite moitié des salons, seuls 50 % d’entre eux ont installé un logiciel professionnel. Et les coiffeurs ne sont que quelques milliers à utiliser une part significative des fonctionnalités de leur outil (analyse, gestion, marketing). En bref, le curseur de la numérisation réelle des salons reste obstinément bloqué à environ 20 %… Une fatalité ? Non ! En réalité, le mouvement d’équipement est réel, mais lent et contrariés par la crise. Du coup les salons diffèrent les investissements considérés comme non vitaux. Autre phénomène qui va dans le même sens : depuis plusieurs années, parmi les ouvertures de salons, les petites structures sont surreprésentées, or ce sont justement celles qui s’équipent le moins.

Des logiciels adaptés aux petits salons

Souvent, les éditeurs de logiciels proposent des packs d’abonnement adaptables selon l’utilisation réelle des salons avec, en prime, des modules faciles à ajouter, mais totalement optionnels, pour les utilisations plus expertes. « On y arrive !  renchérit Mehdi Ben Amara, chef de produit chez 3CI. Quand les coiffeurs commencent à mettre le nez dedans, ils réalisent tout ce qu’ils peuvent faire et surtout le temps qu’ils gagnent ; ils s’intéressent alors généralement davantage à ces outils. Si la caisse reste la fonction reine, l’exploitation du fichier clients et les tableaux de bord sont désormais très utilisés. Reste que ce à quoi les coiffeurs s’intéressent le plus, c’est à leur coeur de métier : l’analyse des techniques et du travail réalisé. Pour le marketing, il y a encore du chemin à parcourir…  » Et pourtant les offres sont pléthoriques, du traditionnel courrier aux fameuses opérations SMS qui séduisent de plus en plus, en passant par les relances par e-mail ou les coupons d’offres personnalisées (ou couponing), le nec plus ultra du moment. De plus, ces offres peuvent être automatisées et mixées selon des schémas prédéterminés. Tout en gardant la main sur leur lancement, le coiffeur  peut déclencher des opérations récurrentes ou ponctuelles, liées à l’analyse du fléchissement d’un service du salon, par exemple. La prise de conscience d’un besoin d’aide en gestion, analyse ou promotion et autres actions marketing est réelle. Or les responsables de salon n’ont ni le temps, ni parfois les compétences pour réellement s’y plonger. C’est là que l’informatique endosse son rôle principal : une aide concrète à la planification et même à l’analyse des retombées des actions engagées ! L’objectif est d’augmenter la fréquentation ? Ou la promotion de nouveaux services ? La progression du panier moyen ? Tout cela se programme puis s’évalue directement à partir d’une mine d’or sous-exploitée : le fichier client !

Un outil de suivi et d’audit

L’analyse de l’entreprise, facilitée par l’informatique, peut aller jusqu’aux audits. C’est aussi parfois simplement se positionner en temps réel par rapport au marché pour mieux en comprendre les évolutions. Et là, clairement, les panels qui compilent les données de centaines de salons, dont ceux qui ont le même profil que le coiffeur concerné, constituent une aide précieuse. La peur de perdre le contrôle de ses données et de voir diffusées des informations sur l’entreprise sont des freins parfois évoqués par les coiffeurs. Or les données sont compilées de façon globale et anonyme, évitant ainsi cet écueil. La meilleure garantie de ce système n’est pas seulement technique : les acteurs de ce marché, connus depuis des années, se suicideraient commercialement s’ils ne verrouillaient pas les informations transmises par leurs clients ! Si le taux d’informatisation n’explose pas, les salons équipés utilisent désormais bien plus les outils à leur disposition. Quant aux plus fondus de l’analyse, qui passaient des heures dans leur salon après la fermeture, ils peuvent depuis longtemps décentraliser les données sur n’importe quel ordinateur portable et désormais même sur des tablettes… entre deux parties de Candy Crush !?!

Brice Thiron

Retrouvez l’article complet dans l’Eclaireur n°640 – 02 Juin 2015

Source Eclaireur n°640 – 02 Juin 2015